Capture d’écran 2018-03-17 à 19.37.01

“Les éditions jeunesse QUELLE HISTOIRE partent à la conquête de l’Amérique”, Chloé Woitier, Le Figaro Économie

Les éditions jeunesse Quelle Histoire partent à la conquête de l’Amérique

L’appétit des pays étrangers pour le livre jeunesse «  à la française » ne se tarit pas. Ce segment de l’édition est celui qui s’exporte le mieux à l’international, devant la bande dessinée. Même les États-Unis, malgré leur riche production jeunesse, ne sont plus la forteresse imprenable d’autrefois. Preuve de cette curiosité grandissante : le géant américain de l’édition MacMillan vient de signer un accord sur deux ans avec le maison indépendante Quelle Histoire.

29244360_2432138620145357_8606616094653808640_nLa collection a été découverte par l’épouse française d’un des éditeurs de MacMillan en voyage en France. Pour son expansion américaine, l’éditeur va créer de nouveaux ouvrages adaptés au marché local, sur Mohamed Ali, Neil Armstrong, Rosa Park ou Abraham Lincoln. « Tous paraitront aussi en France », précise Emmanuel Mounier. Les figures françaises ne sont pas oubliées. Marie Curie, Coco Chanel et plus tard Napoléon et Marie-Antoinette feront aussi le voyage vers les librairies d’Amérique du Nord.

En tout, une vingtaine des ses albums jeunesse vont être traduits en anglais et distribués aux États-Unis et au Canada par l’éditeur Roaring Brook Press sous le titre What a story ! L’éditeur table sur 15 000 ventes par album. Un tournant pour l’éditeur qui n’entend pas s’arrêter là son expansion internationale. Il est en discussion avec d’autres acteurs européens et asiatiques.

Quelle Histoire a été fondé en 2011 par Albin Quéru « avec 5000 euros en poche ». Ce directeur artistique féru d’histoire s’inquiétait alors de la réforme des programmes scolaires, qui sortait de l’apprentissage chronologique de cette matière au profit de grandes thématiques.« Il faut pourtant donner des repères chronologiques forts aux enfants sous peine de les perdre », martèle-t-il. Et pour cela, quoi de mieux que de mettre en avant les grandes figures historiques ? Quelle Histoire s’est d’abord concentrés sur les applications mobiles éducatives. Mais ce modèle économique a vite démontré ses limites.

« L’arrivée des jeux mobiles gratuits comme Angry Birds a changé la perception du juste prix. Tout d’un coup, les familles ont considéré que nos appli à 5 euros étaient trop chères », poursuit Albin Quéru.

En 2014, changement de cap. Racheté par le groupe Unique Heritage Media (qui a acquis en 2015 les magazine jeunesse de Fleurus Presse), Quelle Histoire se lance dans l’édition papier et sort des albums poche à petits prix (5 euros) pour les 5-10 ans consacrés à des personnalités comme Napoléon Marie-Antoinette, Vercingétorix… Bientôt s’ajoutent des albums grand format et des encyclopédies. Cette fois la sauce prend.

« En six mois, le livre est devenu le cœur du modèle économique. Les ventes de la collection augmentent de 35% par an. Sur la seule année 2017, nous avons vendu 250 000 exemplaires », indique Emmanuel Mounier président d’Unique Heritage Media.

50 nouveautés par an

29260927_2435396803152872_7489511645178232832_nQuelle Histoire a réalisé 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Il table sur 8 millions d’euros d’ici à 2022. « La librairie fonctionne à al nouveauté. Nous créons donc 50 nouveaux titres par an », souligne Albin Quéru. Parmi les best-sellers inattendus de la collection, Anne de Bretagne et Aliénor d’Aquitaine. « Nous avons en France de fortes identités régionales, et ces personnages ressortent localement même s’ils sont peu étudiés à l’école », poursuit l’éditeur. Quelle Histoire va toutefois au-delà des personnalités française et propose des albums sur Winston Churchill, Magellan, Cléopâtre.

Une vingtaine d’albums vont être traduits sous le titre What a story !

Le Figaro Quelle Histoire MacMillan

 

Tweet Chloe Woitier

Chloé Woitier, Le Figaro Économie, 16 mars 2018.

Téléchargez l’article du Figaro